architecture antique

Vivre sans le "personnage"

Vivre est une grande aventure qui terrifie la plupart d'entre nous, être humains identifiés à nos carcans et à nos identités temporaires. Ainsi nous vivons à travers une histoire et des rôles qui sont censés nous donner un poids, nous légitimer. Je suis le père de..., la femme de ..., le patron de..., je suis artiste, je suis ceci ou cela...

 

Dans le contexte de la quête de soi, il est intéressant de se chercher hors de toute mémoire, ou encore de ne plus se chercher du tout pour mieux se vivre mais pour la plupart d'entre nous c'est une tâche terriblement difficile puisque nous voulons appartenir au monde, y vivre et y trouver une place, un sens aussi, alors nous créons des personnages qui finissent par nous enfermer avant que nous ayons eu le temps de dire "ouf".

Hors de toute mémoire, cela signifie hors de porté du mental. Hors de tout concept et de toute idée et imaginaire. Cela peut sembler fou évidemment. C'est une démarche folle pour quiconque veut se stabiliser et se sécuriser dans un espace identitaire fixe, mais c'est au contraire une libération pour celle ou celui qui a fait le tour de ses enfermements et qui a usé en long en large et en travers toutes les soi-disant bouées de sauvetage du développement personnel et des approches psychologiques.

Pour ces dernier(e)s, il devient alors possible d'enquêter au quotidien sur nos refus de la vie, sur cette addiction à être quelqu'un avec une histoire qui nous fait prendre souvent des vessies pour des lanternes. Le choix doit alors s'imposer de regarder la vie en face et d'oser dire non à toutes les identifications et les possessivités mentales afin de laisser être sans choix le vivant et le complétude de chaque instant. C'est ainsi que l'Être que nous sommes peut être dévoilé, non lié à la temporalité humaine.

Concrètement, j'expérimente qu'il est possible dans une écoute tactile empathique d'accueillir les résistances et de regarder ce qui en nous s'accroche comme imaginaire personnel par rapport aux situations du réel. Dans cette ouverture, ce lieu de repos et d'écoute en soi-même, nous pouvons laisser glisser les histoires et les émotions qui y sont encore liées. Il peut alors être vu que rien n'a jamais eu lieu et que tout est bien tel quel. Il peut aussi être perçu que ce que nous sommes est toujours neuf, sans histoire et intouchable.

02/08/2022