Le corps comme terre d’initiation

 

Le corps comme lieu d’initiation est un cadeau offert lorsque la maturité d’être se donne sans plus d’ajournement.

Rien à ajouter ni à refuser à ce présent qui se déploie via l’expérience sensible.

Le corps de souffrance, habitacle conditionné par les habitudes névrotiques va pouvoir être dénoué dans la présence simple du cœur, dans la disponibilité aimante.

 

Il s’agit d’observer, d’écouter, à partir de cet espace vierge et tranquille, non jugeant qu’est la conscience. De ne rien laisser au hasard. D’être avec ce qui se manifeste car c’est dans ce qui se manifeste que la vérité se trouve, nulle part ailleurs. Dans le cœur de cette expérience lorsqu’il n’y a plus de désir de fuite, il peut y avoir dévoilement. La conscience est toujours là au cœur même de chaque expérience et de chaque manifestation.

 

Rien n’est à changer dans l’instant même si du point de vue de la personne identifiée, cela semble inaccompli, insatisfaisant, malheureux… Du point de vue de la vie, de la conscience, tout est parfait et rien n’est hors de portée de l’étreinte heureuse de la vie.

 

C’est donc le point de vue limité et égocentrique de la personne qui cherche à quitter le maintenant qui crée le refus et la perte de sens.

Le sens est toujours dans l’ici et maintenant. Au cœur même de ce moment, dans son mystère entier.

 

De même, que lorsque les cris et les revendications à être quelqu’un cessent, l’on peut entendre et sentir la douceur de l’être, sans appréhensions aucune à laisser vivre ce qui est. Les décisions se prennent à partir de cette reconnaissance de cette perfection et pas à partir d’un désir de fuite ou d’amélioration. Cela se joue de façon naturelle au-delà d’une dualité mentale ordinaire .

 

Rien n’est finalement compliqué à partir de cet espace vivifiant de l’Être.

03/05/2022

coquillage